Socialist Project - home

The   B u l l e t

Socialist Project • E-Bulletin No. 1398
April 19, 2017

Socialist Project - home

An Economic Policy for France

Despite the fact that France is not yet out of the economic stagnation that followed the 2007-08 crisis, Emmanuel Macron and François Fillon want to continue and to intensify the policies of cuts to public expenditure, dismantling the social and State labour-rights, that were applied without pause by the previous governments. These policies have only served the richest in society. They only lead to immerse the country in the vicious circle of unemployment and precariousness, terrain of the rise of the FN [Front National] whose false social “varnish” can barely hide their profoundly racist and xenophobic nature and the incoherence of their economic propositions.

Jean-Luc Mélenchon

On the contrary, the solutions proposed by Jean-Luc Mélenchon are, in our opinion, the only ones capable of responding to the five major urgencies of our time. They form a coherent and rigorously calculated framework that takes into account budgetary equilibria, not by joining a race toward austerity but by proposing a detailed and ambitious economic program that relies on a higher level of fiscal justice, an investment policy and an emancipation with respect to financial markets.

Correctly Proportioned

The first urgency is to lower the unemployment rate, which today stands at 10 per cent of the active population and 25 per cent for youth. In this respect, it is necessary to create some space for manoeuvre by putting an end to an expenditure that is useless and harmful for the collective: fiscal expenditure. The “Responsibility pact” and the CICE [tax credit for employment and competitiveness], which will cost taxpayers €41-billion in 2017, are totally inefficient regarding employment. In a context of insufficient demand in France and in Europe, and given chronic under-investment during Hollande’s five-year term, it is now urgent to have an ambitious “relaunch” policy to stimulate economic activity. On this point, Jean-Luc Mélenchon's proposed plan to invest €100-billion over 5 years is suitably dimensioned. It reasonably focalises expenditure onto core sectors that have a high multiplier (energy transition, school infrastructure, public transports, health, etc.) and that are hardly or not at all exposed to international competition; these criteria guarantee the plan's effectiveness as well as its financing, as recommended by a recent report on this topic.[1]

To get out of budgetary austerity and wage austerity, other measures are more than necessary, like a revaluation of the SMIC [minimum wage], pensions or “minima sociaux” [welfare benefits for the worst off], as well as a real policy of wage equality between men and women. Combined with an ambitious policy to reduce working time (a 6th week of paid holidays, effectively applying the 35h [rule], limiting forced part-time jobs, ...), a policy that considers the State and public administration as the employer of last resort shall propose training and quality jobs of high social added value (infrastructure construction, work with not-for-profit organizations, work that contributes to the ecological transition, etc.) to any person who wishes to and is able to work, such as the unemployed, those who wish to work but have given up job-searching, or those unsatisfied with having to work only part-time, etc.

While calling foul any increase in expenditure, the detractors of Jean-Luc Mélenchon forget to mention that the new cuts that they intend to apply will lead to a higher rate of unemployment and a degradation of public services. On the contrary, by engaging in a “relaunch” plan that France and the EU should have started a long time ago, the tax revenues generated [by Melenchon's plan] will reduce public debt, allowing us to get out of the deadly debt trap generated by austerity policies.

Tax Revolution

The second urgency to which France must answer is to stop the deepening of inequalities that has been taking place since the 1990s, in order to put an end to the dizzying increase of the wealth of the richest[2] and to remedy the injustice of our fiscal system. Inequalities affect households as well as enterprises, of which SMEs have much higher effective tax rates than large corporate groups. A more egalitarian society is a happier and more democratic society. On this topic, Jean-Luc Mélenchon's program foresees a detailed and coherent fiscal revolution, both for households (with a more progressive income tax, thanks to an increase in the number of tax brackets from 5 to 14) and for enterprises (with a reduction in corporate taxes to 25 per cent for all enterprises, together with the abolition of many fiscal “niches” [exemptions]), as well as an increase in the taxation of capital. Only such a refoundation of the tax system shall correct rent-seeking and wealth-capture phenomena by an increasingly smaller privileged minority.

The third urgency concerns industry. It is a matter of combatting the financialization of the economy that has caused important damages to our productive fabric, and, through it, to the third sector, often dependent on industry. For our industries to be able to upgrade, the endowment and missions of the Public Investment Bank must be expanded. Issuances of credit and acquisitions of equity must go beyond the strict logic of financial profitability and give priority to a long-term vision. The control of the French banking system by the Banque de France must be reinforced and the separation of investment and retail banking must be applied without delay. Speculative capital flows must be controlled so that speculation stops damaging investment. Entrepreneurship must be refounded and have as a goal the production of goods and services in the common interest of the ensemble of the stakeholders and not only of the shareholders and owners. The fact of giving enterprises an objective other than mere profit allows to call into question the notion, not based on law, of “ownership of the enterprise,” and is such that the power of entrepreneurship no longer stems from the mere ownership of capital. In a first stage, this shall happen via an extension of the rights of employees: right of the “comité d’entreprise” [staff committee] to block/suspend reorganization and restructuring processes; real right of preemption for employees in case of shutdown or of sale of the company by the shareholders.

Faced with environmental and climatic urgency,[3] our country must give itself the means to undertake a credible and large-scale ecological transition. Such a bifurcation of our production model must necessarily be started off by public investment and requires a consumption that is of higher quality. It implies a break from the financial short-termism logic of the last three decades that destroys jobs, breaks millions of lives and continues to damage the environment. In this respect, the ecological planning proposed by Jean-Luc Mélenchon, together with the reorientation of credit and with the creation of a public banking “hub,” is essential. It will improve the health of the ensemble of the population by increasing the quality of basic goods. From this perspective, measures such as 100 per cent bio in cantines, or giving priority to locally-produced goods, are emblematic.

Finally, it is urgent to deeply transform the absurd edifice of the European treaties, which de-possesses States from their macroeconomic policy levers, pushes them to a social and ecological race to the bottom and to a regression without end. The stranglehold of the current treaties forbids any relaunch policy and any industrial policy, which are nevertheless more indispensable than ever to face the economic, social and ecological urgencies. The single currency, incomplete, imposes on States competitiveness adjustments that are very painful socially and economically.

In Europe, only the establishment of a credible balance of power can allow for a wide reform of the economic and monetary Union that finally guarantees social progress and upward convergence for the peoples of Europe. Jean-Luc Mélenchon assumes on this point a convincing strategy of disobedience and dissuasion. In France, his government will take all the unilateral measures necessary to put his program in practice, going as far as needed beyond the strict application of the treaties. The European institutional edifice will then be able to be refounded, and the euro completed,[4] in order to guarantee a real convergence between economies. If not, and to prevent a meltdown to come, it will be necessary to dare to quit the euro in order to better save Europe.

By answering these five major economic urgencies of our time, today the economic program of Jean-Luc Mélenchon gives us the historic opportunity to prove that there exist serious, credible and desirable alternatives to the absurd policies that were obstinately implemented during the last decades. This program will be put in place in the context of a democratic revolution, supported by the setting up of a constituent assembly. Today, our country has the unique opportunity to invert the deadly logic that pushes Europe toward implosion, and to give meaning and breath to the European project. Let's take this opportunity! •

To sign this statement, send an email to: jeanneachevalier@gmail.com. Published in the French newspaper Libération, with list of signatories, 18 April 2017.

Source: docs.google.com.

Pour une politique économique sérieuse et à la hauteur des enjeux, votons Mélenchon!

Alors que la France n’est toujours pas sortie de la stagnation économique qui fait suite à la crise de 2007-2008, Emmanuel Macron et François Fillon veulent poursuivre et intensifier les politiques de coupes dans les dépenses publiques, de démantèlement de l’État social et du droit du travail, menées sans relâche par les gouvernements précédents. Ces politiques ne servent que les plus riches. Elles ne conduisent qu’à plonger le pays dans le cercle vicieux du chômage et de la précarité, terreau de la montée du FN dont le faux vernis social peine à cacher la nature profondément raciste et xénophobe et l’incohérence des propositions économiques.

À l’inverse, les solutions proposées par Jean-Luc Mélenchon sont à nos yeux les seules capables de répondre aux cinq urgences majeures de notre temps. Elles forment un cadre cohérent et rigoureusement chiffré qui tient compte des équilibres budgétaires, non pas en se lançant dans une course à l'austérité, mais en proposant un programme économique précis et ambitieux reposant sur une plus grande justice fiscale, une politique d'investissement et une émancipation vis-à-vis des marchés financiers.

Correctement proportionné

La première urgence consiste à faire baisser le chômage, qui s’élève aujourd’hui à 10% de la population active et à 25% chez les jeunes actifs. À cet égard, il faut dégager des marges de manœuvre en mettant fin à une dépense inutile et préjudiciable pour la collectivité: la dépense fiscale. Le Pacte de responsabilité et le CICE, qui coûteront 41 milliards aux contribuables en 2017, sonttotalement inefficaces en matière d’emploi. En situation d’insuffisance de la demande en France et en Europe et face au sous-investissement chronique pendant le quinquennat Hollande, l'urgence est à une ambitieuse politique de relance pour stimuler l'activité. Sur ce point, le plan d’investissement de 100 milliards d’euros sur cinq ans proposé par Jean-Luc Mélenchon est correctement proportionné. Il focalise à raison la dépense sur des secteurs essentiels à fort coefficient multiplicateur (transition énergétique, infrastructures scolaires, transports publics, santé, etc.) et qui ne sont pas ou peu soumis à la concurrence internationale; ces critères garantissent son efficacité comme son financement, conformément aux préconisations d’un récent rapport sur ce thème.[1]

Pour sortir de l’austérité budgétaire et salariale, des mesures comme la revalorisation du SMIC, des retraites ou des minima sociaux, ainsi qu'une véritable politique d'égalité salariale femmes-hommes, sont également plus que nécessaires. Combinée à une ambitieuse politique de réduction du temps de travail (6ème semaine de congés payés, application effective des 35 heures, limitation du temps partiel imposé...), la politique d’employeur en dernier ressort de l’État et des collectivités publiques proposera une formation et un emploi de qualité à haute valeur ajoutée sociale (construction d’infrastructures, travail avec les associations à but non lucratif, contribution à la transition écologique, etc.) à toute personne voulant et étant capable de travailler comme les chômeurs, les personnes qui veulent travailler mais ont abandonné la recherche d’emploi ou les personnes insatisfaites de travailler à temps partiel, etc.

En agitant le chiffon rouge de l’augmentation des dépenses, les détracteurs de Jean-Luc Mélenchon omettent de nous dire que les nouvelles coupes qu’ils entendent effectuer se traduiront par une nouvelle hausse du chômage et une dégradation des services publics. En engageant un plan de relance que la France et l’UE auraient dû initier depuis longtemps, les rentrées fiscales générées feront au contraire baisser l’endettement public, nous permettant ainsi sortir du piège mortifère de la dette engendrée par les politiques d’austérité.

Révolution fiscale précise et cohérente

La deuxième urgence à laquelle la France doit répondre consiste à enrayer le creusement des inégalités qui intervient depuis les années 1990, à mettre fin à l’augmentation vertigineuse des patrimoines des plus riches[2] et à remédier à l’injustice de notre système fiscal. Les inégalités affectent les ménages aussi bien que les entreprises, dont la taxation effective est beaucoup plus élevée pour les PME que pour les grands groupes. Une société plus égalitaire est plus heureuse et plus démocratique. À ce sujet, le programme porté par Jean-Luc Mélenchon prévoit une révolution fiscale précise et cohérente, tant pour les ménages (avec une meilleure progressivité de l’impôt sur le revenu, grâce à l’augmentation du nombre de tranches de 5 à 14) que pour les entreprises (avec la baisse de l’impôt sur les sociétés à 25% pour toutes les entreprises, couplée à l’abrogation de nombreuses niches fiscales), ainsi qu’un relèvement de l’imposition du capital. Seule une telle refonte du système fiscal corrigera les phénomènes de rente et la captation des richesses par une minorité toujours plus restreinte de privilégiés.

La troisième urgence est industrielle. Il s’agit de combattre la financiarisation de l’économie qui a causé des dommages importants à notre tissu productif et, partant, au secteur tertiaire, souvent dépendant des industries. Pour que nos industries puissent monter en gamme, la dotation et les missions de la Banque publique d’investissement devront être étendues. L’octroi des crédits et les prises de participation doivent sortir de la stricte logique de la rentabilité financière pour privilégier une vision à long terme. Le contrôle du système bancaire français par la Banque de France doit être renforcé et la séparation des banques d’affaires et de dépôt doit être appliquée sans tarder. Les mouvements de capitaux spéculatifs doivent être contrôlés pour que la spéculation cesse de nuire à l’investissement.

L’entreprise doit être refondée et doit avoir comme finalité de produire des biens et des services dans l’intérêt commun de l’ensemble des parties prenantes et non des seuls actionnaires et propriétaires. Le fait de donner à l’entreprise un autre objectif que le seul profit permet de remettre en question la notion, non fondée en droit, de “propriété de l’entreprise,” et de faire en sorte que le pouvoir d’entreprendre ne provienne plus de la seule propriété des capitaux. Dans un premier temps, cela passera par l’extension des droits des salariés : droit de veto suspensif du comité d’entreprise sur les procédures de réorganisation et de restructuration ; véritable droit de préemption des salariés en cas de fermeture ou de vente de l’entreprise par les actionnaires.

Face à l’urgence environnementale et climatique,[3] notre pays doit se donner les moyens de mener une transition écologique crédible et de grande envergure. Une telle bifurcation de notre modèle de production doit nécessairement être amorcée par l’investissement public et requiert une consommation de meilleure qualité. Elle implique de rompre avec la logique financière court-termiste des trois dernières décennies qui détruit des emplois, brise des millions de vies et contribue à détériorer l’environnement. À cet égard, la planification écologique proposée par Jean-Luc Mélenchon, adossée à la réorientation du crédit et à la constitution d’un pôle public bancaire, est essentielle. Elle améliorera la santé de l’ensemble de la population en augmentant la qualité des biens nécessaires. Dans cette optique, une mesure comme le 100% bio dans les cantines ou la priorité accordée au local est emblématique.

Enfin, il est urgent de transformer en profondeur l’absurde édifice des traités européens, qui dépossède les États de leurs leviers de politique macroéconomique, les accule à une course au moins-disant social et écologique et à une régression sans fin. Le carcan des traités actuels interdit toute politique de relance et toute politique industrielle, pourtant plus indispensables que jamais pour faire face aux urgences économique, sociale et écologique. La monnaie unique, incomplète, impose aux États des ajustements de compétitivité très douloureux sur les plans social et économique.

En Europe, seul l’établissement d’un rapport de force crédible peut permettre d’obtenir une réforme d’ampleur de l’Union économique et monétaire qui garantisse enfin le progrès social et la convergence par le haut pour les peuples européens. Jean-Luc Mélenchon assume sur ce point une convaincante stratégie de désobéissance et de dissuasion. En France, son gouvernement prendra toutes les mesures unilatérales nécessaires à la mise en oeuvre de son programme, en s’affranchissant autant que nécessaire de l’application stricte des traités. L’édifice institutionnel européen pourra alors être refondé, et l’euro complété[4] afin de garantir une convergence réelle entre les économies. À défaut, et pour éviter un effondrement à venir, il faudra oser sortir de l’euro pour mieux sauver l’Europe.

En répondant aux cinq urgences économiques majeures de notre temps, le programme économique de Jean-Luc Mélenchon nous donne aujourd’hui l’occasion historique de prouver qu’il y a des alternatives sérieuses, crédibles et désirables aux politiques absurdes menées avec acharnement lors des dernières décennies. Ce programme se réalisera dans le cadre d'une révolution démocratique, soutenue par la mise en place d'une assemblée constituante. Notre pays a aujourd’hui l'opportunité unique de renverser la logique mortifère qui mène l’Europe à l’implosion et de redonner un sens et du souffle au projet européen. Saisissons-la! •

La source: docs.google.com.

Endnotes:

1. Xavier Ragot et Francesco Saraceno (dir.), Investissement public, capital public et croissance, 2016, OFCE.

2. Thomas Piketty, Le Capital au XXIème siècle, 2013, éditions du Seuil.

3. See the 5th Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC; GEIC in French), November 2014.

Voir le 5ème rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, novembre 2014.

4. Economic solidarity between countries could be developed for example via common investment funds, for investment into deficit countries. See on this topic “Turning debt into investment (Convertir la dette en investissement),” by Gabriel Colletis, Jean-Philippe Robé and Robert Salais, Le Monde diplomatique, juillet 2015.

Une solidarité économique entre pays pourra être développée par exemple par des fonds communs d’investissement en direction des pays en déficit. Voir à ce sujet “Convertir la dette en investissement,” par Gabriel Colletis, Jean-Philippe Robé et Robert Salais, Le Monde diplomatique, juillet 2015.


Comments

Be the first to post a comment:
Join the debate on Facebook



  
 


What is this text?: Prove you're not a robot :   
(fill-in the captcha text above, and then click on 'Submit' button)
« Previous
~~~~~~~~~~~~~~~(((( The   B u l l e t ))))~~~~~~~~~~~~~~~
• ISSN 1923-7871 •
Next »

 
Share: Delicious  Digg  Facebook  Google bookmark  MySpace  Pinterest  Reddit  StumbleUpon  Twitter  RSS
 

 
 
^ Back to Top ^